Transparence et dialogue sont au cœur de la démarche conduite par l’Andra sur Cigéo. En effet, la concertation est essentielle : elle permet de faire évoluer le projet en améliorant la qualité des décisions prises par l’agence et en répondant aux attentes de la société et des territoires.

 

Le projet Cigéo s’inscrit dans un ensemble de concertations publiques justifiées par sa place dans la politique nationale de l’énergie et par la diversité de ses propres besoins.
Etant une composante du plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs, il tient compte des orientations stratégiques que ce plan détermine après les avoir concertées à une échelle nationale selon ses propres dispositifs. Son développement et son déploiement s’appuieront donc sur des principes généraux fixés par le plan national de gestion, que l’Andra devra à la fois préciser et compléter. Cela nécessite de concerter l’ensemble de ces principes à une double échelle nationale et locale.
Par ailleurs, s’il est autorisé, le projet aura besoin de plusieurs équipements qui relèvent d’autres autorités que l’Andra, et devra aussi être pris en compte par les documents d’urbanisme des collectivités territoriales. Les concertations publiques nécessaires restent de la responsabilité de ces différentes autorités, et complètent le processus général de construction du projet en dialogue avec la société
Enfin, le principe d’une concertation publique régulière et de longue durée sur le projet a été posé par la décision ministérielle du 20 février 2020, par laquelle la ministre de la transition écologique a tiré les conclusions du débat public de 2019 sur le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs. Cette décision fixe l’orientation d’une association du public à chacun des principaux jalons décisionnels relatifs au projet et chacune des principales étapes de son développement.

Dialogue et concertation sur le projet Cigéo - PDF